Humain connecté - Chris Lavaud
Humain connecté
“Quatre heures trente trois du matin. Cet appel allait tout changer dans ma vie, mon téléphone avait sonné deux fois seulement et j’entendais cette voix rauque
à l’autre bout du fil. Elle me demandait de venir au plus vite pour faire des photographies sur une scène de crime. J’avais du mal à émerger et à comprendre
la demande, «Mais qui êtes-vous ?», «Inspecteur Magnuson, de la police de Stockholm, à Söder, j’ai besoin de vos services !». Une fois en route, je réfléchissais
sur ce coup de fil improbable et je me blottissais au fond du siège de ma Volvo dont le cuir était encore glacé par le froid. Je ne pouvais refuser à l’inspecteur
Magnuson de lui rendre ce service, et je me disais qu’un jour Magnuson me renverrait l’ascenseur. Mais pourquoi donc, la police de Stockholm n’avait-elle pas
de photographes disponibles, et pourquoi m’avoir choisi moi ? Certes, mes photos étaient régulièrement publiées dans les pages du tabloïd du matin
le “Dagens Nyheter” et à quatre heures Magnuson cherchait désespérément un photographe, sans succès. Il avait certainement un “Dagens Nyheter” sous les yeux,
qui traînait là sur un bureau, avait du voir une de mes photos et m’avait contacté faute d’une meilleure solution. Il était maintenant cinq heures et je n’avais
pour l’instant pas plus d’explications. Je remontais maintenant le Ringvägen, je n’étais plus très loin du commissariat de police de Söder au Torkel knutssonsgatan 20,
dans le quartier de Södermalm. Cela me remémorait mes deux années passées à Södermalm, je travaillais dans un studio photo pas très loin d’ici, et le midi,
je prenais régulièrement un snack avec un café au Mellqvist Kaffebar sur Hornsgatan, café à l’ambiance jeune et décontracté, toujours empli de jolies filles.”

Stockholm, Suède. Hiver 2017.
Top