Passage - Chris Lavaud
Passage
“Où étaient mes bottes ? Cela faisait maintenant une demi-heure que je les cherchais, quand tout à coup, je me rappelais les avoir remiser dans l’atelier, ce qui n’était pas
leur place habituelle. J’en avais besoin pour déambuler dans les chemins boueux de la forêt domaniale que nous avions à proximité de la maison, le chien tournait en rond
sur le tapis persan, il était tant de le sortir. L’hiver était là avec son lot de pluies incessantes, les sols étaient glissants, ce qui me destinait à la plus grande prudence quant
à mon escapade forestière. Je regardais par la fenêtre, le temps était toujours couvert et le brouillard s’était installé durablement. Nous étions en début d’après-midi
et ma perception visuelle ne dépassait pas le fond du jardin, cinquante mètres tout au plus. Je n’étais pas très motivé à faire cette balade. Je n’appréciais pas ce phénomène
atmosphérique qui réduisait considérablement ma visibilité, mais le chien était là, et il y avait peu de chance de croiser un chasseur à la gâchette facile. La situation allait
être anxiogène, ambiance particulière, sensations bizarres, bruits étouffés, il me fallait renoncer à mes séries télévisées.”

Hiver 2018.
Top